Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Durvicq-Bourcefranc

Petit bilan concernant les réunions de la Communauté de commune

5 Janvier 2017 , Rédigé par Jack DURVICQ

La Communauté de commune du bassin de Marennes s'est réunie 19 fois entre 2014 à 2016. Côté présences, c'est un peu l'heure des bilans de mi-parcours.
Sur les 6 élus de Bourcefranc (Adeline Monbeig, Sabrina Huet, Guy Proteau, Jean-Albert Gaborit, Alain Bompard, Jean-Luc Rousseau), on constate quelques absences : trois chez Adeline Monbeig, deux chez Jean-Albert Gaborit, une chez Sabrina Huet et pas moins de six chez Jean-Luc Rousseau ce qui représente un taux d'absentéisme de 32 %. L'ancien maire aime pratiquer la figuration. Guy Proteau, et c'est son devoir, n'a jamais été absent.
Le plus étonnant ne réside pas dans les deux absences de Monsieur Bompard (taux d'absentéisme très respectable), mais dans le destinataire des pouvoirs que ce dernier a délivré. Par deux fois, Alain Bompard a donné son pouvoir à Mickaël Vallet, alors que l'un et l'autre ne sont pas connus pour appartenir à la même ligne politique, ni à la même commune.
Cela oblige à repenser aux rocambolesques facéties qui ont suivies les municipales de 2014. M. Vallet "sponsorise" une liste socialiste à Bourcefranc pour faire élire G. Proteau ; A. Bompard se présente contre G. Proteau à une vice-présidence du Pays Marennes-Oléron et se retrouve élu avec l'aide de M. Vallet et débarqué de son poste d'adjoint (certains disent volontairement) ; lors des conseils municipaux de Bourcefranc A. Bompard défend volontiers les décisions de M. Vallet et pratique l'opposition systématique contre G. Proteau. Tout cela sent très fort la petite magouille, le flirt politicien et les ambitions électorales. Pour certains, jouer le ticket Vallet peut s'avérer payant pour l'avenir !
Et si, un jour tout ces chers élus, ces snippers d'opérette, décidaient de travailler intelligemment pour notre commune et notre canton, au lieu de s'attarder sur leurs intérêts personnels ? A l'aube de 2017, il est permis d'espérer.
Jack DURVICQ
Le 6 janvier 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article