Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Durvicq-Bourcefranc

Articles avec #dossier tag

A propos de recensement et de population

1 Février 2011 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

Dans le "Sud-Ouest" du samedi 22 janvier, la commune de Bourcefranc a fait savoir que sa population était de 3 542 habitants. Il se trouve que dans le "Sud-Ouest" du 5 janvier (page 13), la population de Bourcefranc est établie à 3 347 habitants. Ce n'est pas une erreur, il y a une raison, mais comme le maire de Bourcefranc ne vous l'expliquera pas, c'est "Bourcefranc-avenir" qui va le faire.

Lors de la publication des chiffres de recensement, il convient de distinguer deux types de population : la population dite "municipale" et la population totale.La population totale de Bourcefranc est probablement bien de 3 542 habitants, tandis que la population municipale est bien de 3 347. La différence entre les deux est lié aux "comptés à part" ou aux "double compte", c'est à dire les personnes possédant deux résidences, ainsi que les étudiants de moins de 25 ans domiciliés dans une autre commune autre que celle de leurs parents. Ainsi, à Bourcefranc, il est possible de dire qu'il y a environ 200 personnes rattachées à notre commune parce qu'elles y ont une résidence secondaire.
Le chiffre de population totale (3 542 pour Bourcefranc) est celui qui est pris en compte pour le calcul de la DGF (dotation globale de fonctionnement) que l'Etat accorde chaque année aux communes. 

Lire la suite

A propos des cabanes ostréicoles abandonnées par les ostréiculteurs

2 Juin 2010 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

Dans le « Petit Chapusais » n° 31 de novembre 2008, on pouvait lire ce texte : « Devant l’abandon des cabanes par les ostréiculteurs partant à la retraite, la Commune a décidé de permettre à des non professionnels de les occuper afin de protéger ce patrimoine unique. Avant attribution de chaque AOT (Autorisation d’occupation temporaire), une charte est remise au bénéficiaire. Elle lui rappelle :
- les règles architecturales à respecter
- les règles d’usage entre voisins
- les règles d’utilisation
Hors depuis quelques temps, certains utilisateurs prennent quelques latitudes avec cette charte : matériaux PVC, formes des ouvertures non respectées, entourage des cabanes alors que la libre circulation doit être assurée entre elles, terrasse couverte, carrelage et aménagements intérieurs destinés à en faire de véritables résidences secondaires.
Cette dérive est inacceptable et parfaitement contraire à l’esprit de la charte. C’est pourquoi, la Commune a en gagé une série de vérifications afin de la faire respecter. Celles-ci seront signalées aux titulaires et devront être modifiées rapidement faute de quoi l’AOT ne sera pas renouvelée.
Enfin, il est recommandé de déposer en mairie, une demande d’autorisation de travaux avant d’entreprendre toute rénovation car le respect de ces quelques règles doit nous permettre de préserver intact le caractère authentique de ces cabanes qui étaient avant toute chose des outils de travail ».
A la suite de la tempête du 28 février 2010,  Daniel Sorlut, adjoint au maire, a déclaré le 4 mars dans « Sud-Ouest » :
A ce jour, on pense que les cabanes non professionnelles détruites ne seront pas reconstruites ».
Comme vous le savez les règles énoncées sur le journal de la commune ne sont pas respectées. Que va-t-il alors advenir de ces cabanes sachant qu’en
tolérant leur occupation à titre de résidence de loisir la municipalité reconnaît  leur légitimité en tant qu’habitation. Les propriétaires ont alors matière à revendiquer ! .
Espérons que cette situation permette réellement de rédiger  une charte raisonnable  que la municipalité pourrait faire respecter autrement qu’à la tête du « client ».

Lire la suite

Madame Monique Eyraud a été condamnée par le conseil de l'ordre des sages-femmes

7 Janvier 2010 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

Monique Eyraud, première adjointe au maire de Bourcefranc, a été convoquée le 24 novembre 2009 devant le chambre disciplinaire du conseil de l'ordre des sages-femmes en étant accusée d'avoir divulgué un dossier médical confidentiel. Le 22 décembre 2009 Madame Monique Eyraud a été reconnue coupable et condamnée par ses pairs. Récit.
Comme l'association "Bourcefranc-avenir" l'a expliqué dans son article du 24/11/09, Monique Eyraud a fait l'objet d'une plainte émanant de l'ancien directeur de la maison de retraite du Louvois. Plainte dans laquelle elle était accusée de s'être rendue dans le bureau de son époux, le docteur Eyraud,  pour y prendre un document médical confidentiel concernant Mme B.... Madame B... (patiente du docteur Eyraud), travaillait à l'époque des faits comme agent social à la maison de retraite du Louvois et faisait alors l'objet d'une procédure disciplinaire. Lors de l'audience du 24 novembre 2009, Madame Eyraud a également été accusée par le directeur de la maison de retraite de lui avoir remis le document confidentiel dans le but de nuire à Mme B... et de "convaincre les membres du conseil de discipline à l'encontre de Mme B...". Voilà pour les faits reprochés.
Voici maintenant les conclusions de la chambre disciplinaire de l'ordre des sages femmes, présidée par Madame Françoise Perrin, :
- "Considérant que ces précisions circonstanciées suffisent à établir la matérialité des faits ainsi reprochés dès lors que pour les contester Mme Eyraud se borne à dire, dans son mémoire en défense,   qu'elle s'inscrit en faux contre les dires de l'ancien directeur de la maison de retraite ;
- "Considérant que les agissements reprochés à Mme Eyraud constituent un manquement aux obligations déontologiques prévues par le code de la santé publique ;
- "Considérant que dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu de prononcer à son encontre la sanction de l'avertissement ;
Le conseil disciplinaire décide :
Article 1 : la sanction disciplinaire de l'avertissement est prononcée à l'encontre de Mme Eyraud.
Conclusions :
Madame Monique Eyraud a donc été reconnue coupable d'avoir subtilisé un document médical confidentiel dans le bureau du docteur Jean Eyraud son mari ; elle a été reconnue coupable d'avoir transmis ce document confidentiel à un tiers, dans le but déclaré de nuire à Madame B. Puisque Madame Eyraud s'est "inscrit en faux" contre les accusations de l'ancien directeur du Louvois, Madame Eyraud est donc de fait reconnue coupable de mensonge.
Evidemment, Madame Eyraud tentera probablement de crier à l'imposture, d'évoquer un règlement de compte, une sordite polémique, un pur mensonge. C'est habituel chez elle. Sachez que tout ce qui est écrit ci-dessus est exact et vérifiable, c'est la partie essentielle du compte-rendu de la décision de la "Chambre disciplinaire de première instance du conseil interrégional de l'ordre des sages-femmes du secteur IV". Pas un mot n'a été ajouté. Cette décision a fait l'objet d'un affichage public le 22 décembre 2009 à la maison des professions de santé de Toulouse, 9 avenue Jean Gonord.
Cette décision a été communiquée au préfet du département, au préfet de la région, au procureur de la République de Rochefort, au ministère de la santé et des sports. Comme vous, habitants de Bourcefranc, toutes ces autorités savent enfin, aujourd'hui ce que vaut la première adjointe qui a été élue en mars 2008.
Jack Durvicq
"Bourcefranc-avenir"


NB : Cette décision du conseil de l'ordre des sages-femmes est communicable à toute personne qui en ferait la demande 9, avenue Jean Gonord 31500 Toulouse, auprès de la greffière du conseil de l'ordre, moyennant la somme de 5 € pour les frais de copie. 

 

Lire la suite

Mme Monique Eyraud convoquée devant le conseil de discipline de l'ordre des sages-femmes.

24 Novembre 2009 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

Le mardi 24 novembre 2009, Madame Monique Eyraud, sage-femme et 1ère adjointe du Maire, Jean-Luc Rousseau, a été convoquée devant la section disciplinaire du Conseil interrégional de l'ordre de sages-femmes, à Toulouse, à 10 h 30, suite à une plainte déposée contre elle par Monsieur Amrouni, ancien directeur de la maison de retraite du Louvois à Bourcefranc.
La plainte déposée par l'ancien directeur de la maison de retraite du Louvois contre Monique Eyraud portait sur une pratique illégale de la médecine et une violation du secret médical concernant la communication du dossier médical confidentiel d'un membre du personnel de la maison de retraite. Cette personne a été appelée Madame B... durant toute l'audience.
Dans cette affaire, qui relance le dossier de la maison de retraite du Louvois (pour lequel d'autres plaintes, dans d'autres juridictions, sont, semble-t'il, toujours en instruction), le rapporteur du conseil de discipline des sages-femmes a précisé qu'une plainte a également été déposée contre le docteur Jean Eyraud (mari de l'accusée), mais également médecin référent à la maison de retraite du Louvois lors des faits reprochés à Madame Eyraud.
Dans cette affaire, la présence d'un dossier médical confidentiel concernant un membre connu du personnel de la maison de retraite, nous amène à ne pas aller au-delà des simples informations délivrées à Toulouse ce mardi 24 novembre, lors de la lecture des conclusions des deux parties. Il convient de signaler que Madame Eyraud n'a visiblement pas souhaité bénéficier du soleil toulousain (il faisait 18° ce matin à Toulouse), puisque la 1ère adjointe ne s'est pas présentée devant ses pairs et n'était pas représentée. En conséquence, en vertu de l'article 13 du décret n° 48-1671 du 26 octobre 1948, l'affaire sera jugée sur pièces. En l'absence des parties, l'affaire a donc été mise en délibérée. L'audience, commencée à 10 h 33, a été levée à 10 h 45.
Dans cette affaire délicate, et compte tenu des lourdes accusations qui pèsent sur Madame Eyraud, nous voulons tous croire en son innocence totale parce qu'elle est notre élue et qu'elle gère les affaires sociales de notre commune. Dans ses conclusions Madame Eyraud affirme d'ailleurs qu'il s'agit "d'un règlement de compte". Mais, afin de lever toute ambiguïté, il serait probablement préférable que la 1ère adjointe de Bourcefranc accepte de s'exprimer afin de ne laisser planer aucun doute, même si elle devait être innocentée par l'ordre des sages-femmes. Il faudrait ainsi que Madame Eyraud réponde à deux questions simples :
- Madame Eyraud, avez-vous communiqué à une tierce personne un dossier médical confidentiel dont vous ne deviez pas être dépositaire, comme le laissent supposer les conclusions de Monsieur Amrouni, ancien directeur de la maison de retraite   ?
- Le docteur Jean Eyraud, a t-il joué un rôle dans cette affaire, comme le laissent entendre les conclusions de Monsieur Amrouni ?
Afin de maintenir une ambiance paisible dans notre commune, une réponse de la 1ère adjointe semble fortement souhaitable. 
Jack Durvicq
"Bourcefranc-avenir"

 

Lire la suite

Nos marais vont-ils devenir "Parc naturel régional" ?

6 Août 2008 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

Réunis le mercredi 30 juillet, les élus de la Communauté de commune du Bassin de Marennes ont décidé d'entreprendre les démarches auprès du conseil régional pour étudier la création d'un Parc naturel régional (PNR) qui intégrerait notamment les marais de la Seudre et du marais nord Oléron, le marais de Brouage et le marais sud Oléron.
Le dossier d'un PNR ne peut-être initié que par la Région qui détermine le périmètre concerné, propose le dossier au préfet qui le transmet au Ministère de l'Environnement. La charte peut alors être validée et se crée un organisme de gestion (Syndicat mixte). Il existe actuellement 45 PNR en France.
L'aboutissement d'un tel projet peut demander au moins dix ans de procédure. D'autant que dans notre région, les acteurs faisant partie du comité de pilotage seront nombreux, avec entre autres des représentants des pêcheurs, des agriculteurs et des ostréiculteurs. Ca promet...
Nous aurons l'occasion d'évoquer ce projet qui peut s'avérer tout à fait intéressant pour notre région, notamment d'un point de vue touristique et environnemental. "Bourcefranc-avenir" suivra très minutieusement ce dossier et nous vous en rendra compte régulièrement.
Jack Durvicq

PS - Le site "Bourcefranc-avenir" est le seul à vous informer de l'ouverture d'un dossier concernant un Parc naturel régional. "Sud-Ouest" et "Le Littoral" ne l'ont pas encore fait.

Lire la suite

Le commerce local décline. Nous avons des solutions.

29 Juillet 2008 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

A Bourcefranc, le commerce local se porte mal. Très mal. Lors de la campagne électorale, "Bourcefranc-avenir" a souvent regretté cette situation et notre association a proposé de nombreuses idées pour tenter de redynamiser le commerce local. Car le constat est alarmant. Jugez-en
- Nous avions été les premiers, le 16 janvierr 2008, à annoncer la fermeture de la boucherie Faure. Non seulement elle est toujours fermée, mais la boucherie est en vente.
- Est également en vente le fonds de commerce, les murs et le garage de l'ancienne poissonnerie.
- Le magasin "Nanou-boutique" n'est même plus à vendre et devrait un jour être transformé en habitation.
- Le restaurant "La Pergola" , près de la salle des fêtes, a fermé ses portes pour s'installer à Marennes-plage.
- La boutique de couture à côté de la Maison de la presse est à vendre.
Et personne ne bouge au sein de la municipalité. Pourtant, il y a des choses à faire.
- Il faudrait que la commune fasse valoir son droit de préemption pour le rachat de certains fonds de commerce (c'est possible depuis décembre 2007).
- Il faudrait qu'en plus des éclades et des sardinades le comité des fêtes organise des braderies, des vide-greniers au centre ville. Et si le comité des fêtes ne le fait pas, il faudrait que d'autres associations le fasse. (Nous étudions ce dossier).
- Il faudrait qu'une fois par mois, durant l'été, l'axe principal (entre le garage Citroen et la salle des fêtes) soit fermé à la circulation et qu'aient lieu des animations de rue avec des marchés de nuit, de la petite restauration et des dégustations d'huîtres place de la Mairie..
- Il faudrait.... Il faudrait... Il faudrait surtout qu'il y ait une autre équipe pour diriger la ville.



Lire la suite

ATTENTION A LA QUALITE DE NOS PLAGES

28 Juillet 2008 , Rédigé par Bourcefranc-avenir Publié dans #DOSSIER

10 % des plages françaises pourraient être amenées à fermer d'ici à 2015.
En effet, le Parlement européen a adopté une directive diminuant sensiblement le seuil de qualité biologique obligatoire. Cette directive votée en 2006 est applicable dès 2015. Or, si cette directive devait être appliquée aujourd'hui, ce sont 10 % des plages françaises qui devraient être fermées : la plage d'Aytré, deux plages à Chatelaillon, une à Fouras, une à La Rochelle, une à Port des Barques et deux à La Tremblade : la plage de Mus de Loup et celle de la Cèpe.
Bourcefranc ne semble pas concernée dans l'immédiat pour ses risques de fermeture. Mais restons vigilants.
Lire la suite

LE PROJET DE SALLE DES FETES EST UNE ERREUR GROSSIERE

28 Août 2007 , Rédigé par Jack Durvicq Publié dans #DOSSIER

On se demande si le projet de réhabilitation de la salle des fêtes n'est pas le dernier jouet du Maire de Bourcefranc ; un jouet qui va s'inscrire à son bilan. Et ce ne sera pas la moindre des erreurs de ses deux mandats.
Au titre des inconvénients majeurs, il faut noter les points suivants :
- cette rénovation va coûter 1,5 millions d'euros (10 millions de francs, 1 milliard de centimes), alourdir le montant de la dette déjà impressionnante de la commune et empêcher bien d'autres projets.
- les travaux vont durer beaucoup plus longtemps que ne l'annonce le Maire. Probablement 1 an et demi, peut-être même 2 ans. Il est peu vraisemblable que la nouvelle salle soit ouverte avant 2009 vu l'avancement des réponses aux appels d'offres.
- le centre ville va être perturbé, la rue de l'Hotel de ville sera fermée et plus aucun client n'aura de parking pour aller déjeuner au restaurant "La Pergola".
- La salle rénovée n'aura toujours pas d'autres parkings que ceux de Netto, nettement insuffisants. Surtout si Netto venait à fermer après l'implantation du Lidl zone du Riveau voulue par Monsieur Rousseau.

Que fallait-il faire ?
- Il fallait réfléchir intelligemment et ne pas seulement raisonner avec l'affectif de ceux qui ne voulaient pas voir démolir les murs de leur ancienne école.
- Il fallait construire une salle des fêtes neuve sur un des terrains de la commune, à la place des services techniques, prêt de l'ancienne gare routière.
- Il fallait engager une opération immobilière maîtrisée pour construire des commerces, des appartements et des logements sociaux sur les presque 2 000 m 2 de l'actuelle salle des fêtes.

Les avantages de cette solution sont nombreux :
- Pendant les travaux l'ancienne salle des fêtes continuait de fonctionner pour le plaisir des associations qui organisent des lotos.
- Une salle neuve coûte moins cher qu'une reconstruction pour laquelle il faut avant tout démolir à grands frais.
- Une salle neuve disposait de nombreux parkings grâce à l'ancienne gare routière
- La surface foncière de la salle, vendue par la commune payait en grande partie les travaux de la salle neuve.
- Des commerces, installés face à Netto auraient déplacé le centre de gravité du commerce local (actuellement regroupé autour de l'église), vers la Mairie en élargissant la zone d'animation actuelle.
- L'espace de jeux des boulistes aurait été préservé, créant même une zone d'agrément autour de la salle des fêtes.

Si le Maire avait réfléchi, s'il avait questionné la population et pas seulement ses conseillers municipaux aux ordres (certains ne viennent plus en réunion pour éviter cela). Si le Maire avait engagé un véritable débat, il n'aurait jamais commis cette erreur d'engager une réhabilitation. 
Monsieur le Maire vient de s'offrir son dernier jouet pour embellir son bilan. C'est maintenant la commune et ses habitants qui vont devoir l'assumer.

Lire la suite

MAUVAIS CHOIX ZONE DU RIVEAU

22 Août 2007 , Rédigé par Jack Durvicq Publié dans #DOSSIER

Le Maire de Bourcefranc, également président de la Communauté de communes du "Bassin de Marennes", semble très fier des nouvelles installations d'enseignes sur la zone du Riveau : Baobab, Lidl, Buffalo Grill ; ainsi que de celles qui sont attendues.
D'une certaine manière, Jean-Luc Rousseau a raison, notre zone se développe. D'un autre côté il est clair que de grossières erreurs ont été commises dans le choix des enseignes. 
Que le futur Buffalo fasse concurrence au MacDo n'est pas le plus génant.  Mais que le Lidl de Monsieur Rousseau mette en péril l'existence même du Netto de Bourcefranc contrarie tous les Bourcefrançais ; que le Baobab entre en concurrence avec Seudre-fleurs est inconvenant. 
Pour une bonne gestion, il aurait fallu que Monsieur Rousseau, président de la Cdc (Communauté de communes) choisisse des enseignes complémentaires et non concurrentielles. Il aurait fallu...
Lire la suite